Conflit de générations, ça vous parle ?

Avez-vous conscience qu’en entreprise aujourd’hui se côtoient parfois jusqu’à 5 générations ?

OK, la plupart du temps, seulement 3 travaillent ensemble, enfin… tentent de travailler ensemble, au milieu des incompréhensions que génèrent les comportements et attentes de chacun.

Ceux que vous rencontrez le plus souvent sont les « baby-boomers » aujourd’hui les « seniors », ainsi que les natifs entre la fin des années 60 et le début des années 80, appelés « génération X ». La 3e est celle que l’on nomme la génération Y, Y prononcé « why » en anglais, qui veut aussi dire « pourquoi », car ces jeunes ont l’habitude de remettre en question, de tout négocier (pour faire court). Cette génération de plus en plus présente sur le marché du travail remet en cause de nombreuses attitudes et valeurs qui nous semblaient à tous immuables. Sans pour autant être dépourvue de productivité, de créativité et de motivation.

Enfin, 2 autres générations sont moins présentes en entreprise : les natifs d’avant-guerre, encore présents à titre de conseils dans certaines entreprises, et enfin les natifs à partir de 1996, qui arrivent en entreprise par le biais de stages d’observation, préconisés par les collèges et lycées.

Intéressons-nous aux 3 générations les plus présentes et aux points d’achoppements qui vous permettront, j’espère, de reconnaître certaines situations vécues, et de mieux comprendre le fossé générationnel. Ensuite, il ne suffira que la volonté de tendre un pont sur ce fossé.

Attention ! vous allez lire de nombreux stéréotypes, ceci pour vous permettre de bien situer les différences.

Pour terminer cette longue introduction, il est important de mentionner que les conflits de génération ont toujours existé, mais ils sont d’autant plus déstabilisants s’ils interviennent lors de périodes de grands changements sociologiques, technologiques, culturels. Connaissez-vous la série TV Downton Abbey ? elle décrit la vie d’une famille aristocratique anglaise entre 1912 et les années 20. Que de changements après la 1ère guerre mondiale ! l’émancipation des femmes, les mouvements politiques, l’arrivée de l’électricité, du téléphone…

Voyons ici les principales tendances, caractéristiques de nos 3 générations :

Les baby-boomers ont créé la première génération de « workaholics » (bourreaux de travail, fous du boulot). Ils sont carriéristes, loyaux, respectent l’autorité, la hiérarchie, la discipline, les statuts dans l’entreprise. Ils imaginent un job à vie, entrent dans l’entreprise à 20 ans pour en ressortir en charentaise pour une retraite bien méritée. Ils recherchent la réussite sociale et matérielle (tendance matérialiste).

Les X sont décrits comme une « génération  tampon », entre les seniors et les Y. Ils sont souvent désabusés du fait de leur vécu : les chocs pétroliers, les multiples crises, la montée du chômage, le sida… Ils ont grandi dans un environnement musical désabusé : pour ne citer que la mode punk, « no future ». Ils ont le souci d’équilibrer vie professionnelle et vie privée, mais cela leur crée des problèmes existentiels, car la notion de devoir et de loyauté reste importante chez eux. Ils sont sceptiques sur l’avenir, se rendent compte qu’un travail à vie dans une même entreprise est improbable. Ils ont une volonté d’humaniser les locaux professionnels. Ils aiment apprendre, se développer et expérimenter.

Les Y, eux, ont vu très souvent leurs deux parents travailler, ont appris l’autonomie (« clef autour du cou ») et appris à négocier sur tout, très tôt. Ils ont grandi dans l’explosion de l’accès à l’information (les « digital natives »). Les Y maîtrisent intuitivement l’informatique et l’électronique portable. La mondialisation leur fait apparaître le monde comme « un village ». Ils ont développé un esprit communautaire fort, très ouvert sur l’international. Ils ont l’esprit de clan mais se sentent uniques en tant qu’individu et ne veulent pas être « noyés » dans un collectif. Leur manager devra pratiquer avec eux ce qu’on appelle l’individualisation. Ils ont un besoin relationnel très fort : besoin d’être écouté, besoin que leur hiérarchie soit authentique avec eux, d’où le nouveau besoin de se dévoiler en tant qu’être humain pour leur manager (difficile pour les baby-boomers et parfois pour les X).

Leur relation au travail est très différente de leurs aînés : ils ont remis le travail à sa juste place, l’aspect professionnel de leur vie est mis au même plan que l’aspect familial, social, personnel. Et ils n’ont aucun problème existentiel avec cela : vous verrez fréquemment un Y vous demander des jours de congés à une période très chargée.

Ils vivent dans l’immédiateté, tout doit aller vite sinon ils zappent.

Ils sont très attachés à des valeurs éthiques (environnement par exemple) et aussi au plaisir, à l’échange.

Les Y ne perçoivent pas les échelons. Ils « bypassent » facilement la hiérarchie par besoin d’expression. Ainsi, sans aucune arrière-pensée, peuvent-ils directement adresser un problème ou un projet à leur n+2 s’ils le croisent dans un couloir. Ceci étant assez déstabilisant pour leur manager direct. Ils ont d’ailleurs du respect pour la compétence, l’expertise, l’implication relationnelle, pas pour le titre ni le statut.

Les Y ont un besoin fort d’apprendre, de se développer. Ils sont conscients que l’entreprise ne pourra pas leur apporter un job à vie, ils sont d’ailleurs très zappeurs dès qu’ils voient qu’ils ne pourront pas se développer dans l’entreprise où ils travaillent.

Enfin, quel DRH n’a pas été déstabilisé par un jeune lui demandant d’abord quels étaient les avantages du poste (tickets resto, CE ou autre) avant de demander ce qu’il pourrait faire pour l’entreprise. La notion de droits est très importante pour els Y, au grand damne des seniors et de la plupart des X, centrés d’abord sur les devoirs.

Ceci est un résumé des grandes tendances bien sûr.

La problématique en entreprise aujourd’hui est donc très complexe, notamment pour les managers de proximité :

  • Faire travailler ensemble les trois générations
  • Adapter sa posture managériale en fonction de son collaborateur, et pratiquer l’individualisation.
  • S’inspirer des nouvelles attitudes et utiliser les aptitudes des Y pour faire avancer son entreprise dans le monde moderne. A méditer : « Une entreprise dans laquelle il n’y a pas d’ordre est incapable de survivre mais une entreprise sans désordre est incapable d’évoluer ».

Share this post